Les oratoriens du Midi français

La liberté pour seule règle, la charité pour seules chaînes

  • Thèmes : , Histoire,
  • Nombre de pages : 800
  • Format : 17 x 24 cm
  • ISBN : 978-2-36766-059-2
  • Sortie nationale : 13/03/2024
  • Souscription : 29,95 €
  • Au lieu de 39,95 €
  • Valable jusqu'au 13/03/2024

Attention cette commande ne pourra être servie qu'à partir du 13/03/2024

Ce livre rend sa voix au silence. La suppression des congrégations religieuses en 1792 plonge dans l’oubli l’ancien Oratoire de France. Certes, des noms ont survécu, des études se sont penchées sur l’engagement éducatif de ses brillants pédagogues ou son implication dans la querelle janséniste. Mais c’est négliger l’étendue de l’action de ses quelque 8 000 Pères et confrères dans le vaste champ de l’apostolat au point culminant de la Réforme catholique.

La sanctification du clergé, tel était en 1611 le projet de son fondateur, Pierre de Bérulle, dont l’œuvre centralisatrice se greffe sur deux racines plus anciennes : l’italienne, l’Oratorio romano de Philippe Neri, la provençale, née de la dissidence de Jean-Baptiste Romillon, issu de la Doctrine chrétienne. En jeu, la question des vœux. Car l’Oratoire de France, institut séculier, n’en impose pas. Ici sont jetées ses fondations méridionales, premier chapitre d'une histoire singulière. L'emprise du « troisième département » oratorien couvre bientôt soixante-cinq diocèses et dix provinces ecclésiastiques.

Renouvelant une historiographie vieillie et souvent partisane, cette enquête redonne vie à des hommes, des voix, des tempéraments, met en lumière des mécanismes de pouvoir et d’autorité au sein d’une structure démocratique aux puissants entrelacs formant réseau. Mais jusque dans son fonctionnement intérieur, la congrégation savante, exigeante tant au plan intellectuel que spirituel, cultive en tout la liberté qu’elle reconnaît à chacun de ses membres, n’ayant pour règle que la charité. Son évolution est ainsi radiographiée du Grand Siècle aux Lumières, des lits de planches au goût des sciences, où le Verbe incarné fait place au « souverain moteur », jusqu’à ce que les options théologiques de certains de ses membres ne la mettent sous l’éteignoir avant la déflagration révolutionnaire.

Ce livre oriente le lecteur vers des bords inconnus jusque-là de la « longue et tragique histoire de l’Oratoire de France » (D. Julia).

 

Docteur en Histoire religieuse, politique et culturelle, chercheur associé au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, François-Xavier Carlotti est chargé de cours à l’université d’Avignon.


 

https://www.tumblr.com/lesgregoriennes-blog/742763836223995904/les-oratoriens-les-gr%C3%A9goriennes-2024

Los oratorianos del Sur de Francia

La libertad por única regla, la caridad por únicas cadenas

Este libro devuelve al silencio su voz. La supresión de las órdenes religiosas en 1792 relegó al olvido el antiguo Oratorio de Francia. Cierto es que algunos nombres han llegado hasta nosotros, que varios estudios han examinado el compromiso educativo de sus brillantes pedagogos o su implicación en la disputa jansenista. Pero se deja de lado la intensa acción de sus 8.000 padres y cofrades en el vasto campo del apostolado en la cumbre de la Contrarreforma.

La santificación del clero era, en 1611, el proyecto de su fundador, Pierre de Bérulle, cuya obra centralizadora crece a partir de dos raíces más antiguas: la italiana, el Oratorio romano de Felipe Neri, y la provenzal, nacida de la disidencia de Jean-Baptiste Romillon, fruto de la doctrina cristiana. Lo que está en juego es la cuestión de los votos. Porque el Oratorio de Francia, instituto secular, no los impone. Aquí se echan los cimientos meridionales, primer capítulo de una historia singular. El poder del «tercer departamento» oratoriano cubre rápidamente sesenta y cinco diócesis y diez provincias eclesiásticas.

Al renovar una historiografía anticuada, y a menudo partisana, esta encuesta da vida a hombres, voces y temperamentos, saca a la luz mecanismos de poder y autoridad, dentro de una estructura democrática cuyo entrelazado constituye una red. Pero, hasta en su funcionamiento interno, la sabia congregación, exigente tanto intelectual como espiritualmente, cultiva la libertad que reconoce a cada uno de sus miembros, imponiendo la caridad por única regla. Su evolución queda aquí plasmada, desde el Gran Siglo de las Luces, las camas de tablas con sabor a ciencias, donde el Verbo encarnado deja el puesto al «soberano motor», hasta que las opciones teológicas de algunos de sus miembros la apaguen antes de la deflagración revolucionaria.

Este libro orienta al lector hacia los límites desconocidos de la «larga y trágica historia del Oratorio de Francia » (D. Julia).

Doctor en Historia religiosa, política y cultural, investigador asociado del Laboratorio de Investigación Histórica de la región Rhône-Alpes, François-Xavier Carlotti es docente en la Universidad de Aviñón.

Préface
Introduction


Entre Rome, Avignon et Paris : aux origines de l’Oratoire de Provence
Trois expériences fondatrices
Jean-Baptiste Romillon, prêtre fervent et dissident fidèle : de la Doctrine chrétienne à l’Oratoire
L’Oratoire de Provence

 

ORGANISATION & VIE DU DÉPARTEMENT DE PROVENCE
Fonder

Les initiatives : profusion, pluralité, adversité
Bienfaiteurs et protecteurs : d’indispensables parrains
Un réseau économique et spirituel
Arles : une relative opulence
D’une résidence à l’autre, destins contrastés
Joyeuse : les discrètes misères du « cachot de l’Oratoire »

Du temporel au spirituel, des communautés interdépendantes
Vie d’un département
La fin de l’exception provençale
Députations et assemblées, l’Oratoire comme république organisée
Le visiteur, clé de voûte de l’édifice départemental
Le supérieur local : homme de Paris, homme du Midi

 

LES ORATORIENS DU TROISIÈME DÉPARTEMENT
Recruter

Le rythme des entrées
Aux portes de l’Oratoire : quelle maison pour une entrée ?
Le profil social de l’Oratoire
Collèges, familles, réseaux : à la source du recrutement oratorien

Éprouver, former, affecter
Le séjour à l’Institution
Les études complémentaires
Des théologiens en Provence : les étudiants arlésiens de la classe de Molin
La régence, un temps d’expérience et de formation
La formation achevée... Destins et devenirs oratoriens

 

L’APOSTOLAT ORATORIEN
L’enseignement de la Parole

Contribution oratorienne aux missions des catholiques
À la conquête de nouvelles âmes
Des prêtres instructeurs aux maîtres de la chaire

La spiritualité oratorienne
La dévotion à l’Enfance : du mystère à l’image
Promouvoir l’Enfance : de la piété intérieure à l’encadrement des fidèles
L’Oratoire et les dévotions du temps

 

À L’ÉCOLE DES ORATORIENS
Les séminaires

Du renouvellement des prêtres à la formation des ordinands
Les grands séminaires
Les petits séminaires
Le séminaire oratorien, école de science, piété et vertu

Éduquer et instruire, le collège oratorien
Le réseau éducatif de l’Oratoire méridional
Éveiller, nourrir

 

L’ORATOIRE & LES « AFFAIRES DU TEMPS »
L’Oratoire de Provence dans la tourmente : les années Sainte-Marthe (1672-1696)

Le jansénisme comme prétexte ? Premières escarmouches contre les collèges (années 1670)
Le diocèse d’Agde : une place-forte oratorienne sous le feu des opposants à Fouquet (1685-1687)

Le temps de la Bulle
La « bêche » contre la « cloche » : enjeux politiques et sociaux d’une sédition grassoise contre l’Oratoire
Belsunce et les damnés de Sainte-Marthe, l’Oratoire de Marseille dans la tourmente
Le séminaire d’Arles et Forbin-Janson : du siège à l’assaut d’un bastion provençal

Un apaisement impossible (1730-1790) ?
L’Oratoire de Provence, de la Peste à l’apaisement : un jansénisme des catacombes
Les derniers feux du Languedoc oratorien
Une laborieuse réconciliation (1746-1789)

 

Conclusion
Sources et bibliographie
Table des figures, cartes et annexes
Remerciements